1980
Edito
Des mots | MM#3
| Par Gaëlle Le Scouarnec, rédactrice en chef

To my Valentine

Un flou gaussien régnant sur les origines de cette fête, nous n’en retiendrons qu’une, des plus rafraîchissantes : dans la Rome antique on célébrait le 15 février, les Lupercales ou festival de Faunus Lupercus, dieu de la fertilité. Les Luperques, en somme des prêtres, couraient nus autour du Palatin* (*une des sept collines de Rome) en flagellant avec des lanières, taillées dans la peau d’une chèvre qu’ils venaient d’immoler, les femmes coquines se mettant sur leur passage pour recevoir le don de fertilité. “J’aime”.

Une kitscherie” qui fait “marcher le commerce” ? Dans les grandes villes le mépris est à son comble : “Ah ouais, c’est dimanche ?” dit une bouche violacée par le tanin d’un Côte du Rhône, tout en crachant la fumée d’une Dunhill light. N’en croyez rien.

Ignorer la Saint Valentin, c’est prétendre se réjouir d’une soupe Bolino micro-ondable le jour de l’An.

On le dit mais comme chaque année, on n’y croit pas. Qui de vous Mesdames, n’imagine pas avec plaisir celui qui sonnera à sa porte les bras chargés d’une gêne plus grosse que son bouquet, le geste romantique tout prêt, trop prêt, répété en secret, le sourire tordu par l’embarras de cette scène cliché en diable ? Serait-ce une volonté d’avilissement de la gent masculine ? Pourquoi pas ? Un petit jour dans l’année… Nous nous prêtons bien souvent aux comédies granguignolesques et puis l’on va devoir se fendre d’un porte-jartelle pour l’occasion, d’une culotte ouverte où il faut, de résilles, d’escarpins… Et nous, aurons-nous l’air plus fine, saucissonnée en star du X et du dimanche ? Les autres s’armeront d’une bonne pote solidaire du célibat ou d’un éternel éconduit, le bon copain pas si secrètement amoureux qui servira des flatteries de survie en ce jour redoutable.

Coincée entre des parents encore traditionnels, une société qui crie “modernité” et “égalité des sexes” voilà une génération atrophiée, tiraillée entre des désirs opposés. Être l’égale de l’homme et ne pas “attendre” de lui, ou tout simplement être femme ? Comment choisir ? Apparemment rêver d’être une Valentine c’est la honte, c’est so lame. Marquise se fera ange et démon. Sur votre épaule droite un petit chérubin candide qui consacre un numéro entier à la fête de l’amour / sur votre épaule gauche, un diablotin rouge comme un cœur, qui vous la servira façon acide sulfurique avec des thèmes d’un rose très nuancé : “ILS ONT RÉUSSI LEUR DIVORCE” ou le nouveau happy end du mariage, “POUR FAIRE DURER LE PLAISIR” ou l’origine dégoûtante du préservatif, “SEXO” ou l’ail en aphrodisiaque, et notre EDITO MODE à suivre en février sur la grande comédie de l’amour. On fait du mi-figue, mi-raisin, tout en dualité affirmée, à fond Marquise.

Y a-t-il un romantique dans l’avion ? Joyeuse Saint Valentin ***

 

Trailer Fashion Edito Marquise Magazine
Réalisé par Julien Gonthier pour Marquise Magazine. Équipe : Gaëlle Le Scouarnec, Lucie Sassiat, Coline Peyrot, Aya Murai, Kyoko Kishita / Starring Eva Hatik Vaillant, Tess @MManagementParis, Damien Ré.

Vous aimez ? Partagez !