Actualités

HAPPY POURIM

24 mars 2016

Par Gaëlle Le Scouarnec - Photographies Estelle Hanania

pl278v54

Pourim est une fête Juive célébrée le 24 mars. Elle commémore chaque année le salut dit miraculeux du peuple juif dans l’ancien empire perse, vers l’an 480 avant notre ère. Raconté dans le Livre d’Esther, le peuple juif aurait été sauvé d’un grand massacre comploté par Haman l’Agaggite, conseiller du roi de Perse Assuérus, dans le but de « détruire, exterminer et anéantir tous les juifs jeunes et vieux, enfants et femmes, en un seul jour. »

Au fil des siècles se sont développées mille inventions et coutumes comme celles d’envoyer des cadeaux à ses amis, d’investir les rues, petits et grands portant des plateaux remplis de friandises, de déguster de savoureuses pâtisseries. Et notamment il y a la coutume du « monde à l’envers ». Il s’agirait d’une interprétation au pied de la lettre du 1er verset du 9e chapitre du Livre D’Esther, parlant du complot d’Haman : « Ve nahafokh hou » – « Ce fut le contraire qui arriva ! » On s’habille donc à l’envers, des clowns marchent sur les mains, tout est sens dessus dessous.

Un curieux carnaval que la photographe française Estelle Hanania capturait entre 2011 et 2014 dans le quartier de Stamford Hill à Londres, contenant une grande communauté de juifs hassidiques et orthodoxes. Les enfants déambulent dans les costumes fait-main les plus loufoques qui soit.

Selon Delphine Horvilleur, femme rabbin et journaliste française : « Pourim a la réputation d’être une fête destinée aux enfants. En outre, ce sont des enfants qui constituent le sujet même de ces photos, bien qu’à mon sens Pourim soit une fête pour adultes. D’une certaine façon, les enfants agissent comme un voile, un « masque » – dans tous les sens du terme – maquillant cette fête pour mieux en dissimuler la complexe signification, à savoir la question de l’apparence et de la vérité intérieure. En ce jour, nous lisons un texte appelé la Méguila d’Esther, dont le contenu doit pratiquement être censuré pour les personnes mineures. »

Des images délicieuses et d’une naïveté sans égal.

les-petits-loulous-dguises-pour-pourim-912-406-1443024561-size_1000          pl279v55

pl9628v41          les-petits-loulous-dguises-pour-pourim-912-769-1443024563-size_1000

pl276v50

pl9639v41          les-petits-loulous-dguises-pour-pourim-912-1443024361-crop_photo

les-petits-loulous-dguises-pour-pourim-912-body-image-1443024383-size_1000

camionette

http://www.estellehanania.com/

Vous aimez ? Partagez !

J’peux pas, j’ai rancard avec Agathe.

23 mars 2016

Propos recueillis par Gaëlle Le Scouarnec - Photographie : Diane Sagnier

Ou quand Marquise s’incruste chez une passionnée de mode qui doit filer comme une étoile.

_MGL75502-copie

Lors d’un premier rdv comment te présentes-tu ?

Je donne toujours mon vrai nom, l’âge on me le demande rarement et à la question « tu fais quoi? » je réponds que je fais ce que je peux. Je préfère écouter l’autre, ça me laisse le temps d’observer et de me faire une idée.

_MGL74882-copie

 Quel est ton prochain rendez-vous ?

L’anniversaire d’une amie très chère, entre un resto et un karaoké de Belleville.

2_MGL75342-copieCrois-tu en la 1ère impression ? Qu’est-ce qui te séduit d’emblée et qu’est ce qui te fait fuir ?

Je crois en la première impression et mon intuition est souvent juste. Mais quand elle est négative, je suis ravie de me rendre compte que je me suis trompée. Évidemment parfois il aurait fallu fuir mais on a choisi, en toute conscience, un peu con, de rester. Un type qui me fait rire et qui a l’air de s’intéresser à autre chose qu’à lui-même, forcément c’est séduisant. Celui qui se regarde parler, qui parle mal, qui déteste Morrissey ou qui pue tout simplement, c’est foutu d’avance.


Comment se passe la plupart de tes entretiens pro ?

C’est souvent en fin de matinée ou en début de soirée. Autour d’un jus ou d’un verre, en terrasse ou dans un studio, c’est selon. Comme je suis rarement celle qui sollicite je ne me mets pas de pression, je me passe juste un coup de blush, histoire d’avoir l’air en vie.

Les rdv, les plans de carrière, gravir les échelons de la société… Notre génération a des difficultés à entrer dans cette vie d’adulte. Qu’en penses-tu et comment t’es sors-tu ?

Oui, c’est quelque chose que je vivais mal, au même titre que le couple, les enfants, la propriété. Je me suis toujours sentie à côté de la norme et c’était très inconfortable jusqu’à ce que j’accepte que ma vie serait sans doute une succession de projets et de rencontres et que je n’aurai pas devant moi ce chemin plutôt linéaire et reposant j’imagine mais extrêmement angoissant de mon point de vue.

5_MGL76002-copie

6_MGL76072

En off et dans ta bulle comment te recharges-tu ?

Je lis beaucoup en ce moment, Bukowski et Fante notamment, et puis je me suis remise à la poésie, Eluard et Aragon, Baudelaire et Gide. Ça me force à me concentrer et à éteindre mon portable. Courir aussi, c’est la base du maintien de ma santé mentale. Et puis travailler dans mon coin pour le zine que je lance avec mes copines (peachzine.com) et l’exposition que je prépare pour, je l’espère, le printemps.

Quand un rdv tarde que fais-tu ?

Comme j’ai tendance à arriver en avance, je suis vite agacée par la team en retard. Mais, conciliante et sympa, je laisse un temps raisonnable de 10 min avant d’envoyer un message si la personne n’a pas eu la délicatesse de le faire pour prévenir. Si le type prévient qu’il est en retard, je me pose et je bois un coup pour oublier que je suis déjà saoulée.

7_MGL76282-copie

Tu es une fille du jour ou de la nuit ? Raconte-nous une journée ou une soirée bien remplie ?

Je suis plus efficace le matin. Je me lève sans réfléchir, je file courir entre 45 min et 1h, je me douche, un café et un pamplemousse pressé et ma journée commence. Souvent le matin je m’occupe de mes mails et des trucs un peu chiants. Puis je vais au marché de l’Olive au pied duquel j’habite pour prendre de quoi déjeuner, principalement des légumes, en gentille végétarienne. Je cuisine, je déjeune et puis l’après-midi il y a souvent un rendez-vous pro mais je m’organise de façon à pouvoir travailler sur mes projets. Je m’arrête généralement vers 19h et puis je reprends une douche, je me ravale la façade et je rejoins mes copains dans un bar ou un appart. Si je n’ai pas d’obligation pro de me lever le lendemain ça peut durer longtemps, trèèèèès longtemps et puis il fait jour. Ces lendemains-là commencent par un jerrican de thé vert et une série comme Seinfeld ou The Office.

9_MGL76812-copie          9bis_MGL78702-copie

Quel est ton rapport au vêtement ? Comment définirais-tu ton style ?

Aléatoire. Tout dépend de comment je me sens au moment où je dois sortir de mon pyjama. Je ne l’explique pas, certains jours seront en intégral track suit Adidas, d’autres en banal jeans-tee-shirt et creepers (ma base) d’autres encore en combi ultra moulante et décolletée. En somme, si je me sens dégueu je mise sur tout ce qui peut me planquer et si j’ai fait 2h de sport la jupe sera plus facile. Je m’amuse à mixer tout ça, mon préféré c’est le jogging satin noir avec des boots en nylon imitation (sorryyy) Dior et un gros bombers kaki/orange. Bizarrement ça marche.

_MGL77202-copie

_MGL76611-copie

_MGL78512

Parle-nous de ta connexion avec Wanda Nylon !

Wanda Nylon c’est un coup de foudre avec Johanna Seynik. On s’est très bien entendues, très vite comprises. En plus d’être la créatrice géniale qu’on connaît, Johanna est une personne importante pour moi, quelqu’un qui m’a fait du bien. C’est une fille qui te fait défiler sur son premier show alors que tes mensurations ne sont pas celles du sample size culpabilisateur et névrotique. Non, Johanna, elle, décide de découper la pièce que tu vas porter pour que l’excroissance qui te sert de cul rentre dedans. Dans son téléphone, je m’appelle « Agathe Boule ».
Et puis je suis attachée à son discours. Wanda Nylon va bien au-delà du simple prêt-à-porter, c’est un discours politique, féministe et fort, clair et sans concession. Alors évidemment on s’est trouvées.

12_MGL79762-copie

Quelles sont tes bonnes adresses à Paris pour un rancard ?

Un café Chez Sésame, quai de Valmy. Un endroit pas très grand mais ultra chaleureux, les serveurs sont chouettes et la musique souvent drôle.
Pour déjeuner, Bob’s kitchen ça me va bien. Quand on est végé et allergique à des tas de trucs, c’est le plus sûr.
Pour aller boire des coups je vais des Deux Amis au Bottle Shop en passant par Chez Martin et le Red House. J’aime particulièrement ces endroits parce que les gars qui les tiennent sont ultra gentils, parce que les gens s’y parlent, ça ne se mate pas d’un coin à l’autre du bar, et parce que j’y ai passé des soirées mémorables.

_MGL80422-1-copie          _MGL81842-copie

Une anecdote ou un rancard foireux à nous raconter ?

Je vais taper un record dans l’enfer, ATTENTION. Je vois ce type depuis quelques jours, il finit par m’inviter chez lui, en banlieue, pour dîner. Le type en question n’étant pas mal du tout, moi, bien sûr, je me frotte les mains. On finit de dîner, je m’ennuie assez copieusement mais fais bonne figure (parce que je ne perds espoir que quand tout est foutu), il me dit qu’il va prendre une douche me laissant telle un pauvre hère devant la télé. Mais j’y crois, optimiste je me dis qu’il me respecte déjà tellement qu’il voulait sentir bon pour la suite QUAND SOUDAIN, il sort de la salle de bain en combi intégrale, oui, un pyjama qu’on était trop content de porter à 5 ou 6 ans, cela même. Sauf que lui avait toujours l’air très TRÈS content de son…truc. Gênance totale, impossible de me barrer. La nuit a été longue.

_MGL80713-copie          _MGL81202-copie

Quel serait ton rendez-vous idéal et que porterais-tu ?

J’aimerais bien un rancard à plusieurs, avec des morts aussi. Tilda Swinton, Kathleen Hannah, Roland Barthes, James Franco et Nick Cave, Morrissey et Artaud aussi, si c’est possible. Ça serait dans un bar ou chez moi parce que j’aurais fait à manger. Je me serais sûrement beaucoup maquillée, mis des talons hauts, ma veste en jean pleine de patches et de pin’s, mon Levi’s 901 et un col roulé très fin de chez Margiela. On boirait trop et pour une fois je ne parlerais pas tellement, j’aurais trop à écouter.

Qu’est-ce que tu zappes sans remord pour cause de rancard ?

Manger!

_MGL74952-copie

https://www.instagram.com/ag_rou/
http://www.wandanylon.fr/

Vous aimez ? Partagez !

VENUS

9 mars 2016

Photographie Thebrokenface

Ode, mystère et sensualité, le corps est une pâte à tordre et à pétrir. La chair est amour. La pudeur, la simplicité et la vérité de ces formes sont une manif’ à part entière, ça crie la légitimité d’être, tel que l’on est, vibrante et ô combien vivante. Une série photo-tableau d’un charme trois étoiles.

Thebrokenface
Née ici, élevée là-bas, Thebrokenface se nourrit de tout ce qui l’entoure. Sauvagement passionnée par l’instant, Thebrokenface est un être humain créatif vivant anonymement. L’Attention et la joie sont ses leitmotivs Quand la joie est là, la technique peut se construire de rien. L’attention implique qu’il n’y ait pas de centre. Quand il n’y a ni centre ni circonférence, alors l’amour est là. Et quand vous aimez vous êtes la beauté. Less is more.

0_DSC_7495-2    1_DSC_7542-4

2_DSC_7437-2    3_DSC_7402-3

6_DSC_7414

4_DSC_7389    5_DSC_7433-3

7_DSC_7359-2

8_DSC_7320-2    9_DSC_7399

10_DSC_7416

Vous aimez ? Partagez !