Actualités

Garçonnière

26 mai 2016

Photographie Émile Kirsch - Propos recueillis par Gaëlle Le Scouarnec

Des hommes comme s’il en pleuvait, nus sur les galets.
Garçonnière est le rendez-vous des familles, pour se prélasser innocemment devant un reflet de jeunesse, de sensibilité, d’oeil langoureux et de peau douce. Le photographe Émile Kirsch propose son interprétation du mâle pas mal. Cette semaine c’est à son tour de répondre à nos questions…
Arden-Wezenberg-by-emile-kirsch

Qui es-tu Émile ?
Je suis un jeune fils de Paris, étudiant en création industrielle. Je travaille avec un designer, François Azambourg, et pratique la photographie comme un plasticien ou coloriste, pour des agences de mannequins, des reportages ou encore le Musée Nationale des Arts Asiatiques Guimet avec qui je collabore depuis janvier.

Pourquoi la photo ? Quel fut le « déclic » ?
La photographie est pour moi un prétexte à créer et capter le fruit d’une rencontre. C’est aux Pays-Bas, il y a moins de deux ans lorsque j’y vivais que j’ai eu l’envie de m’y essayer. J’habitais seul dans un très grand loft sans vis-à-vis, perché dans une ancienne usine réhabilitée. Le génie du lieu s’est présenté comme une évidence pour accueillir et commencer mon travail de portraits… Je suis autodidacte et j’ai dû palier mes lacunes techniques par l’utilisation de peintures, collages, filtres… Avec l’envie de pouvoir révéler de manière expressive ce qui échappe à l’appareil.

Qui est le garçon sur cette photo ?
Arden est l’un de ces nombreux modèles pour qui j’ai réalisé les premières photos avant qu’ils ne commencent une carrière hors des Pays-Bas. J’ai eu le plaisir de retravailler avec lui par la suite. J’ai un souvenir encore très précis de cette rencontre à Amsterdam, au studio 13, un bel espace riche en lumière. J’étais presque intimidé par sa beauté évidente mais assez particulière. Après 1h en studio nous avons fini par sortir près des canaux pour improviser…

Que représente une muse pour toi ? On dit « muse » quand il s’agit d’un garçon ? Photographies-tu exclusivement des hommes ?
Une muse est une aura avec qui je peux composer et créer, avec qui peut s’opèrer un véritable échange et une projection, même dans un bref moment. Je n’ai donc aucun critère préétabli autre que celui d’une bienveillance réciproque !

Quand tu es dans ton petit lit avant de t’endormir… quelles pensées te font faire de beaux rêves ?
Je tombe trop souvent de fatigue pour avoir le temps de penser avant de dormir…ce qui ne m’empêche pas de faire d’incroyables beaux rêves !
Arden-Wezenberg-2-by-emile-kirsch

Photographe : Émile Kirsch
Modèle : Arden Wezenberg

 

Vous aimez ? Partagez !

EXPO

24 mai 2016

Par Gaëlle Le Scouarnec

Parce que tout ne se passe pas à Paris, jusqu’au 12 juin à Montélimar, le centre d’art contemporain du château des Adhémar met à l’honneur une de nos photographes favorites : Isabelle Chapuis. L’artiste fait voyager la photo issue d’une collaboration avec Marquise Magazine. En effet nous réinterprétions dans notre numéro « Exquises Marquises » le tableau du peintre Boldoni mettant en scène la mystérieuse et extravagante Marchesa Luisa Casati dans une toilette raffinée, tenant en laisse un superbe Greyhound. Une marquise de la Belle Époque puis du surréalisme, muse de nombreux artistes qui, selon la légende, serait aussi représentée dans l’art que la Vierge Marie et Cléopâtre, c’est peu dire et nous portions fièrement notre pierre à l’édifice.

Expo-Chateau des Adhémar-Isabelle Chapuis-1
Expo-Chateau des Adhémar-Isabelle Chapuis-2

L’expo des Adhémar “Matières à rêver” met en dialogues, entre visuels et design, trois artistes travaillant sur l’imaginaire lié au textile. Isabelle Chapuis se démarque par son exploration photographique de la matière au détour de collaborations plastique, coiffure, costume ; Maro Michalakakos, plasticienne dont l’univers carmin évoque à la fois la féminité et la violence, présente des tentures étouffant des fenêtres et un mobilier dans un velours sculpté au scalpel ; Jan Fabre, connu pour ses textes de théâtre et ses mises en scène, réalise également des sculptures délicieusement étranges et à voir ici, une robe organique entièrement faite d’insectes.
facade-avant-chateau-adhemar-montelimar

En parallèle d’une galerie à Hong Kong, la Casati a donc pris ses quartiers dans le décor atypique du chateau médiéval des Adhémar. Un cadre qui a permis à Isabelle Chapuis d’offrir une nouvelle dimension à la photographie par une installation. Lors de sa création, en collaboration avec la styliste Coline Peyrot , la maquilleuse Mathilde Passeri et la coiffeuse Yumiko Hickage, la costumière Aurélia Mauri réalisait une oeuvre hybride : vêtement et toile de fond. Une robe cousue à la main traduisant le tableau très monochromatique de Boldoni qui dans un mouvement sauvage et enlevé, presque monstrueux, du moins inquiétant, lie le personnage, la robe et l’animal, au fond. La photo est issue d’un triptyque et la femme sort au fur et à mesure de sa robe et de son personnage. Au delà d’un simple accrochage photographique, l’installation est réalisée dans un grand format s’imposant avec cette étude à la fois de la couleur et des mouvements de l’étoffe. Une création sonore amplifie l’effet de matière, composée par Guillaume Nicolas, elle est traversée par des bruits d’eau. En dessous de l’image, un grand bassin d’eau reflète comme un miroir l’image de cette femme Narcisse, obsédée par sa propre représentation.
Expo-Chateau des Adhémar-Isabelle Chapuis-4

“ Matières à rêver”, jusqu’au 12 juin au Centre d’art contemporain du Château des Adhémar
26 200 Montélimar – 04 75 00 62 30 – chateau-adhemar@ladrome.fr

Casati


Vous aimez ? Partagez !

GARÇONNIÈRE

11 mai 2016

Photographie Émile Kirsch - Propos recueillis par Gaëlle Le Scouarnec

Des hommes comme s’il en pleuvait, nus sur les galets.
Garçonnière est le rendez-vous des familles, pour se prélasser innocemment devant un reflet de jeunesse, de sensibilité, d’oeil langoureux et de peau douce. Retrouvez chaque semaine la fraîcheur sans pareil du photographe Émile Kirsch. Son interprétation du mâle pas mal.
Benjamin2

Who are you BENJAMIN ?
My name is Benjamin Van Der Burg, I’m 20 years old. I am a graphic illustrator. I’m planning to study product design or fine arts.

Where are you living ?
I am Dutch. I live near the center of Rotterdam.

Where can we see you in town ?
I really love Rotterdam. I did not always love my hometowen as I love it now. This city has changed extremely within the past years and I found a lot of love for harbor cities when I became 16 years. There are a lot of people with raw, hard working mentality and bold attitudes. This city has been changed into a futuristic city with a lot of new architecture (http://www.dezeen.com/2015/04/20/designs-unveiled-for-giant-rotterdam-wind-turbine-you-could-live-inside/), great restaurants and chic boutiques. I mostly love walking trough the city center and really like window shopping. Because it’s beautiful to see a lot of different people coming together at one place.

My recommandations :
Best cheapest restaurant : Ellis, a burger restaurant where you can spend a very romantic night for an affordable price
Best restaurant : Amarone. They cook the best food.
Best Nightclub : BAR. A nightclub that brings all kind of different people together and has special nights for art performances and with the best underground dj’s.
Best Gallery : ZERP. Most interesting and rawest art that you can find in Rotterdam.
Best Museum : Het Nieuwe Instituut. They currently show a great exhbition about fashion  but also expose a lot of design and architecture.

What was your craziest gesture for love ?
Writing a poem and making an illustration for my ex.

The poem goes :

The best things in life happen unexpected,
Maybe it’s the way you talk or the craziness that I adore
But I’m feeling connected
Connected means that it doesn’t matter to me anymore
It doesn’t matter where I am or where you are
But when I am with you, there is an atmosphere I can’t explain
I adore the kiss over the bar
I adore the excitement that I hardly can contain
I adore the connection that I feel in my heart and trough my veins.
I feel like a kid jumping on water
Enjoying the smallest things in life with nothing to bother

Perfection is not what I’m looking for

But seeing somebody close to, has never happen to me before
I love the imperfection of you
Maybe you think I think hate but I love them to
Thanks for being you my love, mijn liefie and mon amour.

When you are in your bed, what is your dreamy dream before you sleep ?
Having my own studio, a very big studio and work on Robots and other creative projects. Being able to build a planet and live forever.
Benjamin3

Photo : Émile Kirsch
Modèle : Benjamin Van Der Burg

 

Vous aimez ? Partagez !